École inclusive et bienveillante
Accueil/Jeunes/SOGI / OSIG/Contrer et dénoncer l’homophobie et la transphobie

Contrer et dénoncer l’homophobie et la transphobie

Par |2022-04-27T01:15:34+00:00mai 31, 2021|SOGI / OSIG|

Avant 1969, au Canada, les relations homosexuelles étaient considérées comme un crime pouvant mener à l’emprisonnement.  

Aujourd’hui, dans certains pays et états dans le monde, l’homosexualité est encore considérée comme un crime. Plusieurs pays ont fait des progrès, mais il reste encore énormément de travail à faire pour assurer les droits fondamentaux pour tous. C’est pourquoi la lutte contre l’homophobie et la transphobie doit continuer. 

Le 17 mai est la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie. Cette journée permet de démontrer notre solidarité tout en reconnaissant l’inégalité, l’injustice, la discrimination et la violence subie par la communauté 2SLGBTQIA+.  

L’éducation est essentielle afin de bâtir une société plus inclusive et éviter de répéter les erreurs du passé 

1969 – L’homosexualité n’est plus considérée comme un crime au Canada selon le code criminel.  

1973 – L’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie mentale en Amérique du Nord. 

1978 – La loi sur l’immigration canadienne n’interdit plus les personnes homosexuelles à venir au pays.  

1981 – Vancouver autorise sa première Pride Parade.  

1990 – L’homosexualité est retirée de la liste des maladies mentales de l’Organisation mondiale de la santé. 

1995 – La Cour suprême du Canada interdit que l’orientation sexuelle soit un motif de discrimination en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.   

2005 – Le Canada permet le mariage entre personnes de même sexe (4e pays au monde).  

2017 – Modification de la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel pour protéger les personnes trans ou à genre variable contre la discrimination, le harcèlement et la violence. 

Homophobie

Attitudes négatives envers l’homosexualité, pouvant mener à la discrimination (ex : mépris, rejet, haine) à l’égard des personnes homosexuelles (gai.e ou lesbienne) ou bisexuelles et celles perçues comme telles. Ce terme regroupe aussi la lesbophobie (discrimination envers les femmes lesbiennes) et la biphobie (discrimination envers les personnes bisexuelles).
.

Transphobie

Attitudes négatives envers la diversité des identités et de l’expression de genre, pouvant mener à la discrimination (ex : préjugés, mépris, rejet, haine).


Les préjugés, les stéréotypes et les normes sociales liées au genre et à la sexualité sont à l’origine de diverses manifestations de l’homophobie et de la transphobie. 
 

La discrimination, les injures, les moqueries, la violence, sont des exemples de manifestations plus graves de l’homophobie et de la transphobie.  

Les remarques, les commentaires stéréotypés, les « blagues », les regards, les insinuations à tendance homophobes et transphobes peuvent sembler de moindre intensité, mais ces manifestations accumulées engendrent de la souffrance et des conséquences sérieuses pour les personnes ciblées. 

La cyberhomophobie et la cybertransphobie se résument à la publication en ligne d’attitudes négatives à l’égard de la diversité sexuelle et de genre.

Les personnes de la communauté 2SLGBTQIA+ sont encore trop souvent la cible de discours haineux sur les réseaux sociaux, qui peuvent blesser, humilier, menacer la sécurité (faire peur), déshumaniser et isoler les personnes ciblées.     

SOLUTIONS À LA CYBERHOMOPHOBIE ET CYBERTRANSPHOBIE : 

  • Signaler le contenu ou son auteur à la plateforme en ligne 
  • Masquer ou supprimer les commentaires lorsque possible 
  • Bloquer l’auteur du commentaire 
  • Répondre au commentaire si désiré (pas une obligation) pour dénoncer les propos 
  • Porter plainte dans le cas de menaces ou de harcèlement 

 

On parle de cyberintimidation lorsqu’une personne devient la cible d’attitudes négatives en ligne.

En général, les insultes, les commentaires discriminatoires, les rumeurs, les menaces, la divulgation d’informations sans le consentement de la personne, le harcèlement et la violence en ligne ne sont malheureusement pas assez prises au sérieux, mais les conséquences pour les personnes ciblées sont bien réelles.  

SOLUTIONS À LA CYBERINTIMIDATION :  

  • Garder des preuves de la cyberintimidation (capture d’écran ou imprimer)
  • Quitter la conversation 
  • Bloquer et supprimer la personne 
  • Régler tes paramètres de confidentialité 
  • En parler à un adulte de confiance  
  • Signaler l’incident à la direction de l’école si la cyberintimidation provient d’un.e élève ou à la police) 

Si tu vis ou que tu as vécu de la discrimination, du harcèlement ou de la violence, c’est important d’en parler et d’assurer ta sécurité. Il existe de l’aide et des mesures pour contrer ces comportements répréhensibles 

Le Gouvernement de la Colombie-Britannique propose des services d’aide confidentiels pour les jeunes qui font face ou qui sont témoins de discrimination ou d’intimidation :  

  • Si c’est une urgence, que ta sécurité est menacée, contacte le 911  
  • Parles-en avec un.e adulte de confiance ou un.e intervenant.e (ex : Jeunesse, J’écoute) 
  • Signale la situation à ton école (ex : conseillère, enseignant.e, direction). 

Si tu ne te sens pas à l’aise d’en parler avec un membre du personnel scolaire, tu peux utiliser l’outil erase |Report It qui permet d’envoyer un message de façon confidentielle à ton école.  

Pour connaitre d’autres services d’aide, consulte Répertoire des ressources SOGI. 

Savais-tu que le CSF a une Politique (P-104) sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression de genre ainsi qu’un comité SOGI qui veille à offrir un environnement sécuritaire et inclusif pour tous.   

Si tu es témoin d’attitudes homophobes ou transphobes concernant un.e élève de ton école, parles-en à un membre du personnel scolaire (conseiller.ère, enseignant.e, direction). 

Si tu ne te sens pas à l’aise d’en parler avec un membre du personnel scolaire, tu peux utiliser l’outil erase |Report It qui permet de signaler une situation en envoyant un message de façon anonyme et confidentielle à ton école. 

Si c’est une urgence, soit que la personne est en danger, contacte le 911.

Voici des actions à poser, proposées par la Fondation Émergence, afin de lutter contre l’homophobie et la transphobie. Pour en savoir plus, consulte Comment être une personne alliée.

Images appartenant à la Fondation Émergence

Savais-tu que lCSF a une Politique (P-104) sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression de genre ainsi qu’un comité SOGI qui veille à offrir un environnement sécuritaire et inclusif pour tous.   

Plusieurs services d’aide et ressources se trouvent dans le Répertoire des ressources SOGI.   

Voici quelques ressources qui abordent plus spécifiquement la lutte contre l’homophobie et la transphobie :  

  • Violence en ligne (Fondation Émergence) : Information au sujet de la violence en ligne.  
Masquer la page