École inclusive et bienveillante
Accueil/Jeunes/Usage de substances/Alcool : réduire les risques pour la santé et la sécurité

Alcool : réduire les risques pour la santé et la sécurité

Par |2022-06-15T06:51:21+00:00juin 4, 2021|Usage de substances|

Bien que l’alcool soit une des substances les plus consommées, tu n’es pas obligé de boire de l’alcool, même si d’autres le font. De plus, il n’est pas nécessaire de boire de l’alcool pour s’amuser.  

Si tu décides de consommer de l’alcool, le faire avec modération pourrait t’aider à diminuer les risques à court terme et à long terme pour ta santé, ta sécurité et celle des autres.

Les Directives de consommation d’alcool à faible risque encouragent les jeunes à repousser le plus longtemps possible la première consommation d’alcool en raison du développement du cerveau et des changements hormonaux qui ont lieu pendant l’adolescence.

Sois informé pour faire des choix éclairés et responsables ! 

L’alcool est une substance psychoactive, qui modifie les pensées, les émotions, les comportements, l’humeur et plusieurs organes du corps.  

L’alcool fait partie d’une catégorie dont les effets sont appelés « dépresseurs », car elle engourdit le cerveau et ralentit le fonctionnement du corps.  

Les boissons alcoolisées (bière, coolers, cidre, vin, spiritueux et autres) contiennent un taux d’alcool varié qui est identifié par un pourcentage sur la bouteille. Plus le taux d’alcool est élevé, plus la quantité consommée devrait diminuer.   

Une fois consommé, l’alcool entre dans le sang et se répand dans toutes les parties et les organes du corps. C’est le cerveau qui ressent les effets le plus rapidement.   

Il n’existe aucun moyen d’éliminer les effets de l’alcool rapidement : il faut attendre que le corps élimine l’alcool par lui-même.   

Pour en savoir plus au sujet des effets de l’alcool sur le corps, consulte L’alcool et le corps humain d’Éduc’alcool. 

À retenir ! Consommer beaucoup d’alcool avant l’âge de 25 ans peut endommager le cerveau qui est en développement et avoir un impact sur l’équilibre hormonal nécessaire au développement du corps.  

.
EFFETS DE L’ALCOOL

Les effets peuvent être ressentis plus rapidement par une personne selon sa taille, son âge, son genre, son métabolisme, son niveau de fatigue, la quantité de nourriture dans son estomac, la durée et la vitesse de consommation. Selon plusieurs facteurs, une personne peut :  

  • se sentir détendue  
  • parler plus qu’à l’habitude et ressentir moins de gêne  
  • ressentir des émotions de manière plus intense  
  • avoir des réactions plus lentes, une perte de coordination et d’équilibre 
  • se sentir étourdie et désorientée 
  • parler de manière différente ou incompréhensible 
  • avoir une vision troublée 
  • avoir des nausées, vomir  
  • avoir une perte de mémoire momentanée  
  • avoir de la difficulté ou une incapacité à réfléchir et à prendre des décisions (jugement affecté), ce qui augmente les risques d’accidents ou de comportements à risque   

IMPORTANT ! Une intoxication sévère à l’alcool (surdose) peut causer des problèmes de santé graves pouvant entrainer un coma éthylique ou même la mort. 

Consulte Comment reconnaître une surdose de drogue ou d’alcool de Jeunesse, J’écoute pour connaitre les signes et savoir quoi faire si une autre personne est en surdose.  

.
Dans le cas d’un excès de consommation d’alcool
, la personne ressent généralement des sensations inconfortables pendant une période pouvant aller jusqu’à 24 heures (parfois appelé « lendemain de veille »). Les symptômes et leur intensité peuvent varier d’une personne à l’autre :  

  • mal de tête 
  • nausées ou vomissements 
  • diarrhée  
  • rythme cardiaque rapide 
  • tremblements ou sueurs 
  • fatigue et difficulté à se concentrer  

Pour éviter un lendemain de veille, il vaut mieux respecter les Directives de consommation à faible risque, soit un maximum de 1 à 2 verres par occasion et moins de 2x/semaine.   

Pour en savoir plus sur les causes, les conséquences et les remèdes, consulte Alcool et lendemain de veille d’Éduc’alcool.  

Selon les Directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada, afin d’éviter les risques liés à la consommation d’alcool, la recommandation générale pour les jeunes de 19 ans et moins est de ne pas boire ou de retarder le plus possible.  

Pour les jeunes qui choisissent tout de même de boire, la recommandation indique un maximum de 1 ou 2 verres par occasion et un maximum de 2 fois par semaine.  

.
CONSEILS POUR TA SÉCURITÉ ET CELLE DES AUTRES
  

Avant de consommer de l’alcool :  

  • Parles-en à tes parents et informes-les de l’endroit où tu prévois consommer 
  • Prévois un plan de retour à la maison sécuritaire (ex : parent, ami, taxi)    
  • Fixe-toi une limite de consommation (selon les recommandations)  
  • Assure-toi d’avoir mangé et bu beaucoup d’eau  
  • Réfléchis aux raisons pour lesquelles tu consommerais (bonnes ou mauvaises?)  
  • Sois conscient des impacts de l’alcool sur ton corps et tes comportements 

.
Pendant la consommation d’alcool :

  • Diminue les risques qu’une personne mal intentionnée mette une drogue dans ton verre : Va chercher toi-même ta boisson et garde-la avec toi en tout temps. Si ce n’est pas possible, demande à une personne de confiance.  
  • Bois lentement 
  • Mange pendant que tu bois 
  • Respecte la limite que tu t’es fixée et ne te laisse pas influencer par les autres 
  • Pour chaque verre d’alcool, bois de l’eau ou une boisson non alcoolisée 
  • Reste en compagnie d’amis de confiance (pour assurer la sécurité de tous) 
  • Tiens-toi en à une seule substance : évite de mélanger l’alcool avec une autre drogue, du tabac, des médicaments ou des boissons énergisantes (Consulte L’alcool et les mélanges d’Éduc’alcool.).   

Soyez solidaires ! Si une personne dans le groupe a trop bu, aidez-la à cesser de boire de l’alcool, donnez-lui de l’eau et de la nourriture, assurez-vous qu’elle entre chez elle en sécurité. 

.
Après la consommation d’alcool :
  

  • Assure-toi que ton plan de retour à la maison est toujours sécuritaire : Ne conduis jamais et n’embarque jamais dans une voiture si la personne qui conduit a bu.   
  • N’hésite pas à demander de l’aide en cas de besoin (parent, adulte, police, etc.) 

Certaines personnes consomment de l’alcool occasionnellement et modérément, pour le plaisir, et éprouvent peu d’effets néfastes sur leur santé et leur bien-être.

Pour évaluer les impacts de la consommation sur ta vie et celle des autres, voici quelques pistes de réflexion proposées par On parle de santé mentale (Télé-Québec) :

  • Est-ce que la consommation nuit à mes relations?
  • Est-ce qu’elle m’empêche de faire mes activités habituelles?
  • Est-ce que je sens une pression de la part des autres pour consommer?
  • Est-ce que je suis capable d’avoir du plaisir même sans consommer?
  • Est-ce j’ai d’autres moyens pour apaiser le stress, l’anxiété ou des émotions douloureuses?

.
Signes pouvant indiquer un problème lié à la consommation d’alcool

PENSÉES      Penser que…

  • j’ai besoin de l’alcool pour m’amuser ou me détendre  
  • les autres m’apprécient plus quand je bois de l’alcool  
  • je devrais diminuer ma consommation d’alcool  
ÉMOTIONS
  • Irritabilité lorsque les autres critiquent ma consommation
  • Honte ou culpabilité par rapport à ma consommation 
  • Sentiment de déprime la majorité du temps  
COMPORTEMENTS
  • Boire pour éviter des problèmes ou des préoccupations
  • Difficulté à contrôler ou à diminuer ma consommation
  • Problèmes relationnels, scolaires ou judiciaires à cause de ma consommation d’alcool  
  • Consommer de manière plus fréquente 
  • Arrêt d’activités qui étaient importantes pour moi  
SIGNES PHYSIQUES
  • Besoin d’augmenter la quantité d’alcool pour ressentir les mêmes effets (risque de dépendance) 
  • Difficultés de mémoire liées au moment de la consommation d’alcool  
  • Problèmes de santé ou une maladie  

Tu te questionnes quant à ta consommation d’alcool ?  

Complète l’auto-évaluation Alcohol & Substance Use Self-Check par Foundry.  

Savais-tu que la consommation d’alcool peut créer une dépendance psychologique (besoin de consommer pour se sentir mieux) et une dépendance physique (le corps s’habitue à l’alcool et a de la difficulté à s’en passer, sinon il développe des réactions physiques) ?

Tout le monde a le droit de dire nonEt simplement « non » peut être une réponse suffisante si quelqu’un te demande ou t’incite à consommer de l’alcool. Tu n’es pas obligé d’expliquer aux autres les raisons de ta décision de ne pas boire d’alcool.  

Taffirmer et défendre ton choix pourrait même inciter d’autres jeunes à faire de même.   

Certaines personnes qui choisissent de ne pas boire d’alcool diront par exemple :   

« Je n’aime pas le goût de l’alcool » 

« Je prends une médication, donc je ne peux pas boire » 

 « Non merci, je suis allergique ! » (humour) 

« Je ne peux pas, j’ai un match de basket demain » 

Pour éviter la pression des autres, trouve des amis qui respectent tes décisions, qui n’exercent pas de pression sur toi ou qui ne consomment pas.     

Il existe une panoplie de boissons ou cocktails sans alcool (souvent appelés Mocktail ou Virgin suivi du nom du cocktail). À toi d’en trouver que tu aimes pour des occasions spéciales!    

Si la consommation d’alcool a un impact négatif sur ta vie ou celle des autres, c’est important d’aller chercher de l’aide. C’est une bonne idée d’en parler avec une personne adulte de confiance (membre de la famille, intervenant.e, etc.) ou un médecin de famille.

Quel que soit le problème, il existe des solutions et diverses options pour obtenir du soutien. Pour savoir comment, visite la page Obtenir du soutien !
.

Services d’aide 

Risques de surdose: Si une personne qui a consommé est inconsciente, en crise, a de la difficulté à respirer ou a des douleurs à la poitrine : appelle immédiatement le 9-1-1. 

  • Jeunesse J’écoute : Pour les jeunes au Canada, quel que soit le problème. Téléphone : 1-800-668-6868 | Texto : texte PARLER ou CONNECT au 686868 (24h/24)
  • BC Poison Control Centre : Pour les personnes qui ont (potentiellement) été empoisonnées par des substances psychoactives, chimiques et autres. Téléphone : 1-800-567-8911 (24h/24) 
  • YouthBC Online Chat : Pour les jeunes de la Colombie-Britannique et du Yukon (en anglais seulement). Téléphone : 1-866-661-3311 | Clavardage (midi à 1h00 du matin) : youthinbc.com

Services d’aide spécialisés : Trouve une clinique sans-rendez-vous dans ta région en consultant Child & Youth Mental Health Intake Clinics.

Pour connaitre tous les services d’aide disponibles en Colombie-Britannique : Consulte le répertoire Get Support de Foundry.

.
Ressources complémentaires

  • Alcool et jeunesse (Éduc’Alcool) Information sur plusieurs sujets liés à l’alcool. 
  • Alcohol (Foundry) : Information et outils pour aider à la gestion de sa consommation. 
  • Alcohol (Here to Help) : Articles variés liés à la consommation d’alcool. 
Masquer la page