École inclusive et bienveillante
Accueil/Santé mentale, Santé mentale/Quelques définitions liées à la santé mentale

Quelques définitions liées à la santé mentale

Par |2022-07-20T22:46:03+00:00mai 13, 2021|Santé mentale, Santé mentale|

La santé mentale est une composante essentielle à notre bien-être et notre santé globale.   

Chaque individu a une santé mentale et chaque individu sera confronté un jour ou l’autre à des défis et des difficultés qui affecteront de manière variable son bien-être mental.  

Le langage est important. Adopter un vocabulaire juste, respectueux et centré sur la personne contribue à prévenir et contrer la stigmatisation liée à la santé mentale.

Voici quelques définitions accompagnées de ressources complémentaires :

La santé mentale est une composante essentielle au bien-être et à la santé globale. Elle se réfère aux pensées, aux émotions, à l’humeur et aux comportements qui influencent le niveau le bien-être émotionnel, psychologique et social (avec soi-même, les autres et son environnement).

L’Organisation Mondiale de la santé définit la santé mentale comme un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter le stress et les défis de la vie, travailler de manière productive et contribuer à la vie de sa communauté.  

Brièvement, avoir une bonne santé mentale c’est :    

  • Se sentir bien avec soi-même (dans sa tête et son corps)    
  • Ressentir des émotions variées   
  • Créer et entretenir des relations saines avec d’autres personnes   
  • Être capable de s’adapter aux changements, de faire face à des difficultés et d’aller chercher de l’aide au besoin   

Tout comme notre santé physique, il est normal que l’état de notre santé mentale varie au cours de notre vie selon les expériences et les défis rencontrés (voir le continuum de la santé mentale).
.

Capsules vidéo explicatives

.
Ressources complémentaires 

Le terme générique « maladie mentale » désigne les troubles mentaux (également appelés troubles de santé mentale)Seulement les médecins et les psychiatres peuvent les diagnostiquer.

La maladie mentale se définit par des changements (symptômes) qui affectent l’humeur, les pensées, les émotions et les comportements de la personne concernée. Selon l’état de sa santé mentale, la personne qui vit avec une maladie mentale peut éprouver des difficultés de fonctionnement variables menant parfois à un sentiment de détresse. Il existe plusieurs types de troubles mentaux et différents degrés de sévérité (voir le continuum de la santé mentale).   

Plusieurs maladies mentales se développent pendant l’enfance ou l’adolescence et d’autres un peu plus tard. Les troubles mentaux sont le résultat d’une combinaison de plusieurs facteurs (biologiques, génétiques, psychologiques, comportementaux, environnementaux) et d’un dysfonctionnement ou un débalancement dans le cerveau qui engendre divers symptômes. 

À retenir :  

  • Une personne qui a un diagnostic de maladie mentale peut être en bonne santé mentale et personne n’est à l’abri d’un éventuel problème de santé mentale. 
  • Il existe de nombreux traitements reconnus pour soigner les maladies mentales et soulager les symptômes. Avec un suivi professionnel personnalisé et un soutien adéquat, les personnes qui vivent avec une maladie mentale peuvent s’épanouir.  
  • Plus une personne consulte tôt, plus elle a des chances de se rétablir rapidement et d’atténuer l’impact sur son développement.  


Ressources complémentaires

Le terme « trouble concomitant » est utilisé lorsqu’un trouble lié à l’utilisation de substances (dépendance) et un trouble de santé mentale se manifestent simultanément.  

Les troubles de santé mentale et les troubles liés à l’usage de substances se manifestent sur un continuum et peuvent interagir de plusieurs façons. Par exemple :  

  • L’usage de substances peut déclencher ou aggraver un problème de santé mentale 
  • L’usage de substances peut masquer des symptômes liés à un problème de santé mentale 
  • L’usage de substances vise parfois à oublier des symptômes d’une maladie mentale
  • L’usage de substances peut réduire l’efficacité des médicaments traitant une maladie mentale 

.
Ressources complémentaires

Les problèmes de santé mentale font référence à des signes et des symptômes qui s’apparentent à ceux liés à un trouble mental, sans toutefois corresponde aux critères associés à un diagnostic.  

Les symptômes des problèmes de santé mentale sont moins importants et durent moins longtemps que ceux liés aux troubles mentaux, mais engendrent tout de même des difficultés individuelles, familiales et collectives. 

Personne n’est à l’abri d’un quelconque événement (ex : perte, événement traumatique) venant interférer et perturber notre fonctionnement habituel. 

La santé mentale et la maladie mentale sont deux concepts à la fois distincts et interreliés.   

Nous vous invitons à consulter le baromètre de la santé mentale expliqué par Jack.org :

Les graphiques présentés dans cette ressource expliquent que l’état de santé mentale varie pour tout le monde au cours de la vie. Tout le monde peut atteindre une bonne santé mentale et personne n’est à l’abri d’un problème de santé mentale. 

.
Ressources complémentaires

L’état de santé mentale d’une personne est certainement influencé par des facteurs de risque et des facteurs de protection sociaux, psychologiques, biologiques et environnementaux multiples dans un contexte donné.  

Voici les déterminants de la santé illustrés par l’Association canadienne pour la santé mentale :  

Graphique en provenance de l’Association canadienne pour la santé mentale Montréal.

.
Ressource complémentaire

Les facteurs de protection contribuent généralement à l’amélioration de la santé mentale, alors que les facteurs de risque ou de vulnérabilité tendent à fragiliser l’état de santé mentale d’une personne. 

Les facteurs suivants sont présentés dans le programme Adapt de l’Association Canadienne pour la santé mentale Montréal :  

Tableau en provenance de Adap•t – module 1 : La santé mentale, c’est quoi? (p.5). 

La promotion de la santé mentale est le processus qui vise l’amélioration du bien-être des individus, des familles et des communautés.  

Les actions de promotion de la santé mentale sont axées sur les déterminants de la santé et visent à augmenter les facteurs de protection, tout en renforçant la résilience et les ressources individuelles et collectives, qui favorisent l’épanouissement et le bien-être.   

La promotion encourage également l’autonomie des individus et la prise en charge de leur santé mentale, en plus de contribuer à la réduction de la stigmatisation.   

Les parents et les adultes bienveillants qui entourent les enfants jouent un rôle essentiel dans la promotion, la protection et le maintien de la santé mentale des enfants et des jeunes.  

La prévention en santé mentale vise à réduire le risque, l’incidence, la récurrence et la gravité des problèmes de santé mentale. Idéalement, la prévention tente d’agir avant l’apparition des problèmes de santé mentale.   

Des actions de prévention efficaces fournissent aux individus, aux familles et aux collectivités des moyens pour réduire les facteurs de risque dans le but d’améliorer l’état de leur santé mentale et augmenter les facteurs de protection. C’est ainsi que la prévention des maladies mentales va de pair avec la promotion de la santé mentale.

.
Ressource complémentaire

L’intervention précoce se trouve entre la prévention et le traitement.  

Dépister, soit identifier des signes liés à un déclin de la santé mentale, et intervenir le plus tôt possible peut permettre de relever des défis liés à des problèmes de santé mentale avant qu’ils deviennent un trouble mental (diagnostic).  

Il est reconnu que plus une personne consulte tôt, plus elle a des chances de se rétablir rapidement. Autrement dit, l’intervention précoce réduirait la gravité de la (potentielle) maladie mentale et augmenterait les chances de rétablissement.  

.
Ressource complémentaire

La réduction des méfaits est une approche qui vise à maintenir la sécurité et la santé de la personne autant que possible, tout en essayant de réduire les conséquences indésirables associées à certains comportements plus à risque qui sont susceptibles de se reproduire.   

La réduction est souvent appliquée aux troubles liés à l’usage de substances. Alors que l’abstinence n’est parfois pas un objectif réaliste, la réduction des méfaits se veut une approche alternative. 

La réduction des méfaits fait également appel à l’éducation et à la responsabilisation, encourageant ainsi la personne à faire des choix éclairés et responsables. 

Dans la vie courante, les ceintures de sécurité, le port du casque, les préservatifs sont des exemples de réduction des méfaits.    

.
Ressource complémentaire

La stigmatisation et les préjugés associés aux maladies mentales affectent sérieusement le bien-être des personnes concernées.  

Pour lutter contre la stigmatisation, développons nos connaissances sur le sujet, sensibilisons notre entourage, prenons conscience de nos propres attitudes à l’égard de la santé mentale et utilisons un langage juste, respectueux et centré sur la personne.

.
Ressources complémentaires

Vidéo produite par FamilySmartPour les sous-titres en français, choisissez les paramètres, les sous-titres et la traduction automatique.  

Masquer la page