École inclusive et bienveillante
Accueil/Jeunes/Santé mentale/À propos de l’automutilation

À propos de l’automutilation

Par |2022-08-15T23:22:45+00:00février 5, 2021|Santé mentale|

L’automutilation signifie le fait de s’imposer des blessures, sans intention suicidaire. En général le fait, le fait de s’infliger des blessures communique de la souffrance et indique que quelque chose ne va pas. C’est un moyen de tenter de faire face à des situations problématiques ou à des pensées et des émotions difficiles à gérer. Même si l’automutilation peut parfois sembler difficile à aborder, il est important d’en parler et de comprendre de quoi il s’agit, que ce soit pour aider une autre personne ou pour soi-même. Il existe de nombreuses alternatives pour faire face à des difficultés.

L’automutilation, c’est le fait de s’infliger volontairement des blessures à son propre corps, sans avoir l’intention de se suicider. La sévérité des blessures peut varier, de même que les méthodes utilisées. Elle peut se présenter sous différentes formes : égratignures, coupures, morsures, brûlures, coups, etc.
.

Pourquoi ?
Souvent, l’automutilation représente une stratégie maladroite pour exprimer et/ou lutter contre sa souffrance. Les raisons qui se cachent derrière l’automutilation sont multiples, par exemple :  

  • Composer avec des émotions douloureuses
  • Déplacer la détresse psychologique en douleur physique
  • Alerter des proches (appel à l’aide)
  • Se punir soi-même
  • Se reconnecter à ses sensations, ressentir quelque chose
  • Avoir l’impression de contrôler quelque chose quand tout semble hors de contrôle

Au moment de l’automutilation, le cerveau sécrète des substances chimiques qui peuvent engendrer un effet apaisant à court terme. Toutefois, ce soulagement est temporaire et peut être suivi de sentiments de culpabilité, de honte et d’impuissance qui nourrissent l’envie de recommencer. De plus, la détresse qui entraine le besoin de s’automutiler n’est pas réglée.

 

Capsules vidéo réalisées par On parle de santé mentale (Télé-Québec)

Pour en savoir plus à propos de l’automutilation :

L’automutilation peut concerner tout le monde. Bien qu’elle soit plus fréquente pendant la période de l’adolescence, l’automutilation se poursuit parfois à l’âge adulte lorsque d’autres stratégies pour faire face aux difficultés n’ont pas encore été développées.
.

Cercle vicieux
Tel que mentionné précédemment, l’effet apaisant qui peut être ressenti pendant l’automutilation n’est que temporaire. Une fois l’effet disparu, la détresse et les émotions douloureuses refont surface. Puis, l’envie de recommencer peut devenir très forte, ce qui donne l’impression d’un cercle vicieux. Il y a également un risque que les gestes d’automutilation deviennent plus fréquents et plus dangereux, en vue d’obtenir les mêmes effets de soulagement.
.

Comportement addictif
Plusieurs personnes ont déclaré que plus elles ont recours à l’automutilation, plus il est difficile d’arrêter. Il peut donc être difficile de cesser par soi-même, d’où l’importance d’obtenir du soutien.
.

Infections et complications
L’automutilation comporte aussi des risques pour la santé physique. Le risque d’infection ou de complications tend à augmenter avec la dangerosité des gestes d’automutilation. En cas de symptômes ou de doutes, c’est important de consulter un.e spécialiste de la santé (ex : pharmacie, clinique médiale).
.

Idées suicidaires
L’automutilation peut augmenter le risque de développer des idées suicidaires. Si tel est le cas, consulte les articles Quoi faire si j’ai des idées suicidaires? ou Comment aider une personne qui des idées suicidaires? et parles-en rapidement à une personne adulte de confiance. 

Tu connais une personne qui s’automutile ou les comportements d’une personne t’inquiètent?

Voici des ressources qui pourront t’outiller et te proposer quelques conseils :

Si la personne qui tu connais a moins de 18 ans, c’est important d’aviser un.e adulte : 

Cela peut être très difficile, surtout lorsque l’autre personne ne veut pas. Rappelle-toi que sa santé et sa sécurité sont importantes et que d’en parler à un.e adulte de confiance est une des meilleures façons de l’aider. La majorité des personnes comprendront avec le temps.

Aide la personne à choisir un.e adulte en qui elle a confiance et qui pourra l’aider (membre de la famille, membre du personnel à l’école, intervenant.e, médecin, etc.)

Au besoin, consulte l’article Comment aider une personne qui des idées suicidaires?

Si tu as besoin d’aide, des services d’aide immédiate sont disponibles 24h/24.

Le fait d’avoir recours à l’automutilation signifie probablement que tu fais face à des difficultés et que tu souhaites apaiser ta détresse d’une quelconque façon. C’est possible d’aller mieux!

Les gens peuvent et cessent de s’automutiler. Chaque situation est unique. Certaines personnes cesseront par elles-mêmes, tandis que plusieurs auront besoin d’un soutien professionnel. Dans les deux cas, l’apprentissage de nouvelles stratégies d’adaptation saines demande du temps et des efforts. Surtout, ne te décourage pas et crois en toi!

S’il t’arrive d’avoir des idées suicidaires, consulte l’article :
Quoi faire si j’ai des idées suicidaires? 


Obtenir de l’aide : 

Ne reste pas seul.e avec ta souffrance. Parles-en à un.e adulte de confiance de ton choix :

  • Entourage : membre de la famille, conseiller.ère de l’école, enseignant.e, coach, etc.
  • Service d’aide immédiate : consulte la liste des services d’aide immédiate disponibles 24h/24
  • Autres services de soutien : consulte le répertoire Get Support de Foundry
  • Services professionnels de la santé : médecin de famille (Medimap) ou clinique sans rendez-vous spécialisée en santé mentale jeunesse (Child & Youth Mental Health Intake Clinics)


Trouver des ressources et des conseils : 

Capsule vidéo réalisée par Tel-Jeunes 

Les références suivantes ont été utilisées pour la rédaction de cet article : 

Automutilation (Tel-jeunes)
Mieux comprendre l’automutilation chez l’ado (Fondation Jeunes en Tête) 
Self-Injury Outreach & Support (SIOS) 
Self-Injury & Recovery Resources (Cornell Research Program on Self-Injury and Recovery)
Self-Injury (Foundry) 
Self-Injury (Kelty Mental Health Resources Centre)
Understanding Self-Injury/Self-Harm (Mental Health Litteracy)

Masquer la page