École inclusive et bienveillante
Accueil/Personnel/M à 6e année/Enseigner les habiletés socio-émotionnelles/Prévenir l’intimidation de manière proactive et bienveillante

Prévenir l’intimidation de manière proactive et bienveillante

Par |2021-10-14T08:38:06+00:00août 27, 2021|Enseigner les habiletés socio-émotionnelles|

L’intimidation en milieu scolaire est un problème social complexe qui concerne l’ensemble de la société. L’intimidation est également un problème relationnel qui implique un déséquilibre de pouvoir dans la relation entre les élèves.  

Selon le Gouvernement de la Colombie-Britannique, 1 jeune canadien.ne sur 3 dit avoir subi de l’intimidation et les élèves qui s’identifient à la communauté 2SLGBTQIA+ vivent 3 fois plus de discrimination que les élèves cisgenres et hétérosexuel.le.s. 

Les adultes qui côtoient les enfants quotidiennement occupent un rôle central quant à la prévention et à l’intervention précoce en matière d’intimidation.

Le personnel scolaire a donc la responsabilité de reconnaitre les situations d’intimidation, d’intervenir rapidement et adéquatement, et surtout, d’agir dans le but de prévenir l’intimidation en faisant la promotion des relations saines et l’enseignement des habiletés socio-émotionnelles 

« Les problèmes relationnels nécessitent des solutions relationnelles » – PREVNet 

Cet article vous propose donc des informations, des ressources ainsi que des pistes de réflexion et d’action basées sur une combinaison de pratiques reconnues.  

La prévention de l’intimidation va de pair avec la promotion des relations saines et l’apprentissage socio-émotionnel (ASÉ).  

Plusieurs recherches soulignent que l’apprentissage socio-émotionnel est essentiel à l’établissement et au maintien de relations saines, en plus d’agir en tant que facteur de protection pouvant réduire l’incidence de comportements à risques tels que l’intimidation, la violence, la consommation de drogues, le décrochage scolaire.  

Conformément aux compétences essentielles du programme d’études de la Colombie-Britannique, l’enseignement des habiletés socio-émotionnelles est plus efficace lorsqu’il est intégré au quotidien et modélisé par les adultes. Ainsi, au fil des années, l’enseignement permet aux élèves de développer et de maîtriser des habiletés socio-émotionnelles de plus en plus complexes qui sont indispensables à la réussite dans tous les aspects de la vie.   

L’ASÉ est une pratique universelle dont tous les enfants et les adultes peuvent bénéficier. La vidéo suivante propose une brève introduction à l’ASÉ :

Cette vidéo, produite par CASEL, est disponible en anglais. Pour activer les sous-titres en français, appuyez sur la fonction Paramètres qui se trouve en bas (à droite) de la vidéo, appuyez sur Sous-titres, sélectionnez Traduire automatiquement et choisissez la langue.   

 

COMPÉTENCES ESSENTIELLES DE L’ASÉ

L’ASÉ est un processus par lequel les enfants et les adultes développent des compétences sociales et émotionnelles interreliées qui s’inscrivent dans les 5 catégories suivantes :   

Conscience de soi : Reconnaitre ses émotions, comprendre leurs causes et leur impact sur ses comportements. Connaissance de soi (intérêts, forces, défis), confiance en soi (confiance en ses capacités) et estime de soi (reconnaissance de sa juste valeur). 

Maîtrise de soi / Autorégulation : Réguler et exprimer ses émotions sainement, contrôler ses impulsions. Entretenir de la motivation et le désir d’atteindre des objectifs personnels et scolaires. 

Conscience sociale : Considérer le point de vue de l’autre, respecter la diversité, ressentir et démontrer de l’empathie. Comprendre l’impact de ses comportements sur les autres et adopter un comportement qui répond aux normes de conduite de la société.     

Compétences relationnelles : Établir et maintenir des relations saines, par l’écoute, la coopération, la communication, la résolution de conflits et la capacité à demander ou à offrir de l’aide au besoin.  

Prise de décision responsable : Faire des choix responsables, éthiques, respectueux et sécuritaires.  

Pour des idées d’activités visant les compétences de l’ASÉ :  

 

LIENS ENTRE L’ASÉ ET LA PRÉVENTION DE L’INTIMIDATION

Pour prévenir et réduire efficacement les comportements d’intimidation, le personnel scolaire doit enseigner, modéliser et pratiquer avec les élèves des stratégies concrètes afin d’appliquer leurs habiletés socio-émotionnelles au quotidien.  

Voici quelques habiletés socio-émotionnelles à enseigner auprès de tous les élèves :  

  • Reconnaître et réguler ses émotions afin de faire face aux conflits de manière calme et affirmée (conscience de soi et maîtrise de soi) : Développer des habiletés d’autorégulation peut être bénéfique pour tous les élèves. Les élèves qui manifestent des comportements d’intimidation ont tendance à avoir de la difficulté à réguler leur colère et réagir de manière agressive, puis, la difficulté d’autorégulation émotionnelle est aussi un facteur susceptible de provoquer des réactions variées auprès des pairs.   
  • Faire preuve de tolérance, respecter la différence et interagir avec empathie envers ses pairs (conscience sociale) : Il n’est pas rare que les élèves manquent d’empathie pour les élèves qui subissent de l’intimidation, rejetant ainsi la différence. Des recherches soulignent que l’empathie est un élément essentiel de la prévention de l’intimidation : les élèves qui ressentent de l’empathie sont moins susceptibles de manifester des comportements d’intimidation et plus susceptibles de défendre les élèves qui subissent de l’intimidation.  
  • Initier et maintenir des relations d’amitié et d’autres relations significatives (habiletés relationnelles) : Entretenir une ou des amitiés solides serait un facteur de protection. Apprendre aux enfants à communiquer sainement avec leurs pairs pourrait les aider à être mieux acceptés au sein d’un groupe et plus susceptibles d’obtenir du soutien (des allié.e.s) dans le cas d’une situation d’intimidation.  
  • Résister à la pression sociale de participer à l’intimidation et défendre activement les personnes qui subissent de l’intimidation (habiletés relationnelles) : La plupart des situations d’intimidation se passent en présence d’autres élèves. Les recherches démontrent que les comportements d’intimidation peuvent cesser en moins de 10 secondes lorsqu’une personne témoin intervient.   
  • Être capable de demander de l’aide à des pairs ou des adultes en cas de besoin (habiletés relationnelles) : Considérant que plusieurs élèves qui subissent de l’intimidation ou qui en sont témoin ne vont pas chercher de l’aide, il est pertinent d’outiller tous les élèves à demander de l’aide.  
  • Réfléchir et résoudre les problèmes relationnels de manière saine et éthique (prise de décision responsable) : La résolution de problème nécessite une évaluation juste de la situation (perceptions) et une considération des conséquences négatives de ses actions avant d’agir. Les stratégies de résolution de problèmes (ex : s’affirmer, demander de l’aide) sont beaucoup plus efficaces que les réponses agressives ou passives (ex: éviter, ignorer).   

Référence : Social and Emotional Learning and Bullying Prevention (CASEL) 

L’intimidation est un problème relationnel caractérisé par des comportements blessants et violents, généralement appris, qui sont répétés par une personne qui abuse de son pouvoir sur autrui.  

Même si cette définition mise sur les comportements d’intimidation, il est préférable de considérer l’intimidation comme un continuum et d’être à l’affut des besoins en termes d’apprentissage socio-émotionnel de tous les élèves impliqués.  

3 caractéristiques à considérer pour définir une situation d’intimidation : 

  • Inégalité de pouvoir : l’élève qui manifeste des comportements d’intimidation acquiert du pouvoir (supériorité fondée sur l’âge, la force physique, des aptitudes différentes, le statut au sein d’un groupe, etc.) au détriment de l’autre élève qui se sent dominé.e.  
  • Répétitif : le comportement d’intimidation se produit à plusieurs reprises.  
  • Généralement intentionnel : les comportements sont agressifs ou sont faits dans l’intention de nuire ou de faire du mal à l’autre.   

La personne qui manifeste des comportements d’intimidation se base souvent sur des motifs de discrimination comme l’apparence, l’origine ethnique (racisme), l’identité, l’expression de genre ou l’orientation sexuelle (SOGI), des limitations, la classe sociale, etc. 

 

Types d’intimidation  

Le Gouvernement de la Colombie-Britannique a classé les comportements d’intimidation en 4 catégories :   

  • Physique : frapper, pousser, pincer, cracher, faire trébucher, briser des biens, etc. 
  • Verbale : insulter, menacer, avoir des propos racistes, homophobes, transphobes, etc.  
  • Sociale et émotionnelle : humilier, ridiculiser, rejeter, exclure, ignorer, répandre des rumeurs, révéler des informations personnelles sans le consentement, etc.      
  • Cyberintimidation : attaquer ou humilier une personne en ligne, via la messagerie texte ou vocale, les médias sociaux, les plateformes de jeux vidéo, les sites web, etc. 

À noter : L’intimidation est parfois associée à d’autres problématiques. Rappelons-nous que ce ne sont pas tous les comportements inappropriés ou inacceptables qui sont des comportements d’intimidation. Particulièrement à l’élémentaire, il arrive que des élèves ont des comportements inadéquats et même agressifs en raison d’un manque d’habiletés socio-émotionnelles. Ces situations représentent donc des occasions d’apprentissage et d’enseignement. 

L’intimidation ce n’est pas… 

  • un geste inadéquat qui est impulsif et ensuite regretté.  
  • un comportement inadéquat qui est fait sans l’intention de blesser une autre personne. 
  • un acte d’agression isolé.  
  • un passage normal dans le développement de l’enfant.    

 

Différencier le conflit, la taquinerie et l’intimidation :  

Le conflit est une situation d’opposition entre deux ou plusieurs personnes. Contrairement à l’intimidation, il n’y a pas de déséquilibre de pouvoir (dominant-dominé).  

La taquinerie se manifeste généralement entre des personnes qui entretiennent un lien dans le but de se provoquer mutuellement pour s’amuser. La taquinerie devrait être un jeu affectueux et aucune personne ne devrait en souffrir.   

La taquinerie devient de l’intimidation lorsque les propos deviennent hostiles, le rapport de force est inégal, l’intention est de blesser l’autre et la personne qui se fait taquiner en souffre.  

*Si l’impact de la taquinerie vous inquiète, abordez individuellement l’élève qui se fait taquiner et demandez-lui comment elle ou il se sent dans cette situation.    


Pour en savoir plus, consultez le site de 
PREVNet 

Pour que la prévention de l’intimidation dans une école soit efficace, toute la communauté scolaire (direction, personnel scolaire, familles et élèves) et leurs partenaires doivent s’impliquer. 

Dans une approche globale à l’échelle de l’école, tous les adultes appelés à côtoyer les enfants au quotidien deviennent des modèles de par leurs comportements et leurs habiletés socio-émotionnelles et ont l’occasion d’accompagner les enfants en faisant la promotion des relations saines et de l’apprentissage socio-émotionnel.  

 

Miser sur le climat scolaire bienveillant et la création de relations de confiance

Entretenir des relations saines avec les élèves et avec les membres du personnel scolaire, intégrer quotidiennement l’apprentissage socio-émotionnel à tous les niveaux scolaires et prévoir des actions concrètes pour contrer toute forme de violence, d’intimidation ou de discrimination. Valoriser la diversité, faire valoir l’importance du respect, de la bienveillance et de l’inclusion. Une prévention réussie de l’intimidation nécessite un engagement à long terme. 

 

Former un comité « bienveillance », responsable de la promotion des relations saines

La création d’un comité relatif à promotion des relations saines permet de coordonner des actions en fonction des besoins spécifiques de l’école. Inviter les élèves à s’impliquer et participer aux activités (ex : Comité Empreintes formé d’élèves de la 8e à la 12e année).  

 

Développer ses connaissances et ses habiletés socio-émotionnelles

Puisque les adultes représentent des modèles pour les enfants, une démarche personnelle peut être bénéfique et favoriser la modélisation des compétences socio-émotionnelles. Consultez l’article L’importance du bien-être du personnel scolaire.  

 

Pratiquer l’« architecture sociale » pour favoriser des interactions positives entre les élèves

Basée sur les dynamiques entre pairs, l’architecture sociale utilise intentionnellement des stratégies pour viser à ce que tous les élèves se sentent inclus.e.s, respecté.e.s et en sécurité. Selon l’analyse des dynamiques, le personnel enseignant tente de former des groupes hétérogènes dont la composition favorise des interactions positives.      

 

Effectuer des suivis réguliers avec les élèves 

Faire des suivis (check-in) individuels et en groupe régulièrement peut aider le personnel scolaire à prendre le pouls des préoccupations des élèves et superviser la gestion des conflits. L’animation de discussions en cercle est une pratique qui permet aux élèves de s’exprimer, de pratiquer leur écoute et parfois même de contribuer ensemble à la résolution de conflits.   

 

Initier des conversations de groupe liées à la prévention de l’intimidation

Intégrer l’apprentissage socio-émotionnel et la prévention de l’intimidation au programme d’études. Par exemple :  

  • En début d’année, établir en groupe « les règles d’or » de la classe. Utiliser la stratégie Looks like, Sounds like, Feels like pour aider les élèves à identifier des caractéristiques concrètes liées à la compréhension du respect, de l’inclusion, de la collaboration, etc. : À quoi ça ressemble? Comment ça s’entend? Comment ça se ressent? 
  • Animer des jeux de rôle pour pratiquer l’affirmation de soi positive.  
  • Proposer des mises en situations illustrant des conflits, des situations désagréables, des situations d’intimidation et inviter les élèves à trouver des solutions adaptées à chaque situation (aider les jeunes à reconnaitre les situations d’intimidation afin de les outiller à agir adéquatement pour la contrer).   
  • Utiliser le protagoniste d’une histoire pour aider les élèves à prendre conscience du vécu d’une autre personne et développer leur empathie.  
  • Utiliser diverses ressources, comme les affiches d’Élise Gravel pour traiter de sujets liés aux préjugés, à la discrimination, au respect de la diversité en général.   

Ressources provinciales

 

Ressources – Intimidation  

  • Habilo Médias : Cyberintimidation :  Information à propos de la cyberintimidation, en provenance du centre canadien d’éducation aux médias et à la littératie numérique. 
  • Main dans la main contre l’intimidation (École primaire Katimavik-Hébert) : Vidéo clip (2014) réalisé par des élèves et le personnel scolaire d’une école primaire afin de prévenir l’intimidation et favoriser l’adoption de comportements d’ouverture, de tolérance et de respect.   

 

Ressources – ASÉ

  • Guide to Schoolwide SEL (CASEL) : Guide interactif au sujet de l’ASÉ à l’échelle de l’école comprend des conseils, des ressources, des outils et des modèles détaillés liés à l’expérience en classe. 
  • Un cadre plus large pour mesurer le succès : l’apprentissage social et émotionnel (People for Education) : Document qui explique pourquoi les cinq compétences essentielles influencent autant le succès aux études et dans la vie, examine les multiples façons dont les écoles favorisent l’ASÉ et décrit comment l’évaluation de l’ASÉ à l’école peut renforcer cet avantage essentiel de l’expérience scolaire. 
  • Education of the Heart (Mind & Life Digital Dialogue) : Présentation de discussions qui ont eu lieu entre des experts en éducations, des chercheurs et le Dalai Lama abordant l’enseignement des habiletés socio-émotionnelles.  

 

Option de formation continue

Aller en haut