École inclusive et bienveillante
Accueil/Parents/Santé mentale/Favoriser la santé mentale de son enfant

Favoriser la santé mentale de son enfant

Par |2021-10-19T19:05:36+00:00octobre 19, 2021|Santé mentale|

Les parents et l’environnement familial joue un rôle crucial dans le développement de la santé mentale des enfants et des jeunes. Favoriser leur santé mentale contribue à l’amélioration de leur santé globale et de leur bien-être.  

L’état de santé mentale d’un enfant ou d’un ado peut affecter notamment son estime de soi, ses relations avec les autres, sa capacité à s’adapter aux changements et à se projeter dans l’avenir, etc.  

Vous trouverez dans cet articles quelques pistes d’action pour favoriser et promouvoir la santé mentale de votre enfant ou de votre adolescent.e.

 

Vidéo produite par Canadian Paediatric SocietyPour les sous-titres en français, choisissez les paramètres, les sous-titres et la traduction automatique.  

Pour contribuer au développement de la santé mentale de nos enfants, il est important de comprendre de quoi il s’agit. 

Veuillez consulter l’article À propos de la santé mentale : Quelques définitions 

« Cultiver sa santé mentale dès le plus jeune âge, c’est mettre toutes les chances de son côté pour développer de bonnes relations avec ses amis et sa famille, s’aimer soi-même, développer sa personnalité sur des bases saines et prévenir l’anxiété et la dépression. »
— Fondation Jeunes en tête

Pour aller plus loin, voici d’autres ressources complémentaires :  

Vidéo réalisée par Mental HealthLitteracy. Pour les sous-titres en français, choisissez les paramètres, les sous-titres et la traduction automatique.

De la naissance à la fin de l’adolescence, le cerveau humain est en plein développement. D’innombrables nouvelles connexions sont établies entre les neurones à chaque seconde.   

Le cerveau se développe à partir des expériences vécues, et ces expériences personnelles modifient la structure du cerveau.    

Expérimenter ou être exposé à des événements traumatiques (stress toxique) pendant l’enfance peut entraver le développement du cerveau (architecture cérébrale) et laisser des marques permanentes. À l’inverse, les interactions positives et les relations significatives aident à bâtir une architecture cérébrale solide qui contribue au bon développement de la santé mentale.   

Pour une explication concrète, veuillez visionner la capsule vidéo Les bâtisseurs de cerveaux (PalixFoundation – Alberta Family Wellness).  


Pour en savoir plus, veuillez consulter les ressources complémentaires suivantes : 
 

Les relations significatives ont un impact immense sur le développement des enfants. Dans une relation de de confiance, le parent est sensible aux besoins physiques, émotionnels, sociaux et intellectuels son enfant et veille à y répondre adéquatement.

 

La relation parent-enfant ou parent-ado se développe au quotidien par :

  • du temps de qualité partagé à partir des intérêts de l’enfant ou de l’ado; 
  • une communication ouverte et une écoute active et empathique;   
  • une routine prévisible qui augmente le sentiment de sécurité;  
  • le respect de l’espace personnel, du rythme, des limites, des besoins de l’enfant/ado;  
  • le jeu, soit une opportunité de pratiquer diverses habiletés dans le plaisir; 
  • l’accompagnement et le modeling pour développer des habiletés (parent = modèle).  
  • des traditions familiales qui renforcent les liens familiaux;  
  • des encouragements, des rétroactions positives, une reconnaissance des efforts; 
  • une gestion des conflits saine; 
  • etc.

L’amour, l’acceptation, la bienveillance, la patience, le soutien parental ainsi que de nombreuses autres valeurs et qualités permettent de développer et d’entretenir une relation parent-enfant/ado saine et significative.  

 

Pour en savoir plus, veuillez consulter les ressources complémentaires suivantes : 

Pour les parents d’adolescent.es, la Fondation Jeunes en Tête offre plusieurs ressources :  

Les parents sont les modèles les plus importants pour les enfants. À tous les jours, par leurs attitudes et leurs actions, les montrent à leur enfant comment reconnaitre, exprimer et réguler leurs émotions. 

Il est important de noter que pendant l’enfance, il est normal que les enfants éprouvent des difficultés à identifier, exprimer et réguler leurs émotions (CQJDC). À l’adolescence, les changements hormonaux et développementaux peuvent rendre la régulation des émotions plus difficile et plusieurs ont encore de la difficulté à considérer le point de vue de l’autre (CQJDC) 

 

RECONNAITRE SES ÉMOTIONS   

Les parents peuvent aider leur enfant ou leur ado à :  

  • développer un vocabulaire pour parler de ses émotions; 
  • apprendre à reconnaitre les indices non verbaux et verbaux; 
  • prendre conscience des éléments déclencheurs des émotions; 
  • comprendre que les pensées peuvent influencer les émotions. 

Les parents peuvent aussi :  

  • partager les indices observés; 
  • nommer et valider les émotions; 
  • poser des questions pour favoriser la reconnaissance des émotions; 
  • normaliser le fait de vivre des émotions; 
  • faire preuve d’empathie et de compréhension à l’égard des difficultés vécues;  

Ressources du Coffre à outils (CQJDC et autres partenaires) 

M à 6e année :

7e à 12e année  :

 

EXPRIMER SES ÉMOTIONS  

Les parents peuvent aider leur enfant ou leur ado à : 

  • communiquer en parlant au « je »; 
  • utiliser différents moyens d’expression; 
  • apprendre à s’exprimer de manière saine et respectueuse. 

Les parents peuvent aussi : 

  • prendre le temps d’écouter leur enfant ou ado; 
  • prévoir un moment propice à l’expression des émotions;  
  • poser des questions adéquates et encourager l’expression des émotions;  
  • partager ses propres expériences. 

Ressources du Coffre à outils (CQJDC et autres partenaires) :

M à 6e année :

7e à 12e année : 

 

RÉGULER SES ÉMOTIONS  

Les parents peuvent aider leur enfant ou leur ado à : 

  • évaluer l’intensité de leurs émotions;  
  • réduire les facteurs (éléments déclencheurs) qui contribuent à une perte de contrôle; 
  • trouver un endroit sécuritaire pour se retirer et s’apaiser; 
  • identifier et utiliser diverses stratégies pour réguler ses émotions.    

Les parents peuvent aussi : 

  • inculquer l’importance de prendre soin de soi; 
  • aider à utiliser des stratégies pour s’apaiser (ex : initier, proposer, encourager, faire avec); 
  • utiliser la proximité physique (ex : câlins) aux moments opportuns;  
  • faire un retour après un moment de crise. 

Ressources du Coffre à outils (CQJDC et autres partenaires) : 

M à 6e année : 

7e à 12e année :


Exercices et stratégies pour aider à la régulation des émotions :

Adopter et maintenir un style de vie sain contribue au bon développement de sa santé mentale :  

  • S’alimenter de manière saine et équilibrée 
  • Bouger et faire de l’exercice à tous les jours  
  • Dormir suffisamment  
  • Apprivoiser et gérer son stress  
  • Prendre le temps de relaxer  
  • Limiter son temps d’écran (technologies) 

 Veuillez consulter la section Style de vie sain. 

Le fait de reconnaitre rapidement les signes qui pourraient indiquer un potentiel problème de santé mentale peut permettre de fournir le soutien nécessaire et ainsi prévenir une aggravation des difficultés (intervention précoce).   

Voici quelques exemples de changements à considérer :  

Physiques 
  • Baisse d’énergie, fatigue ou difficultés de sommeil   
  • Perte ou augmentation de l’appétit    
  • Difficulté de concentration, de mémoire 
  • Maux de tête, de ventre, nausées, autres douleurs 
Émotions      Émotions intenses et/ou fréquentes :  

  • Irritabilité 
  • Tristesse  
  • Anxiété 
  • Colère  
  • Réactions disproportionnées  
Pensées 
  • Doute de ses capacités 
  • Remise en question et tendance à se blâmer  
  • Inquiétudes et craintes excessives  
  • Discours intérieur négatif ou dévalorisant 
Comportements
  • Pleurs fréquentes 
  • Agressivité fréquente 
  • Opposition et défiance de l’autorité  
  • Tendance à s’isoler   
  • Baisse de motivation et perte d’intérêts 
  • Abandon ou refus d’accomplir certaines activités  
  • Consommation de substances  
  • Difficultés scolaires 
  • Conflits fréquents 
  • Régression de comportements 
  • Idées suicidaires  

Si vous remarquez des changements qui vous inquiètent ou si votre jeune verbalise des idées suicidaires, n’hésitez surtout pas à demander de l’aide. Des services d’aide en santé mentale jeunesse existent partout dans la province. Veuillez consulter le Répertoire des services d’aide et des ressources en santé mentale jeunesse.    

Pour en savoir plus, veuillez consulter des ressources complémentaires pour les parents :  

Aller en haut